4ème Flemmardise interrogative : les prochaines élections

12 Sep

 rz_perso052

J’observe depuis quelques mois déjà un manque d’optimisme total face à la séquence électorale de 2017 en général, et à l’élection présidentielle en particulier. Cette désaffection totale pour un scrutin qui traditionnellement mobilise les foules ne va pas en s’arrangeant entre les bisbilles des primaires des Républicains, celles des Verts, et les ministres de l’économie qui démissionnent avec de grandes ambitions à peine masquées. Je vous rassure, je ne suis pas politologue et n’ai aucune envie de faire de la politique sur ce blog. Mais je me désole comme nombre d’autres de mes concitoyens (ne pas confondre avec cons citoyens, quoique de temps en temps nous ne nous sentons guère malins en voyant le résultat de nos votes ou engagements citoyens) de la situation actuelle, qui donne envie de passer son 23 avril au bord de la mer sans même faire de procuration. Et n’ayant pas de solutions à faire valoir, je me contenterai donc de questions : Lire la suite

Goguettes en trio (mais à quatre)

12 Sep

grd_671


J’ai découvert les goguettes en trio mais à quatre grâce à leur petit flyer l’an dernier au Théâtre Essaïon où ils étaient déjà programmés. J’ai été intriguée par ce nom et par le principe de faire des chansons d’humour sur l’actualité. Je me suis donc rendue sur une célèbre plateforme de vidéos et ai bravé pour la 453ème fois leur pénible publicité pour un test d’ovulation que je suis désormais capable de réciter entièrement par cœur, bruitages compris (parce qu’il semblerait que les femmes de mon âge ont besoin qu’on leur rappelle plus de 453 fois qu’elles ovulent et qu’il faudrait s’occuper de repeupler la France histoire qu’il y ait encore des gens pour remplir les caisses vides des régimes de retraite complémentaires dans 20 ans) pour découvrir Aurélien Merle, Stan, Valentin Vander et Clémence Monnier (oui, ce groupe est à peine plus mixte qu’un conseil d’administration mais on leur pardonne, ils sont drôles eux au moins). Naturellement j’ai adoré.
Lire la suite

Scènes ordinaires de nos vies débiles

11 Sep

grd_718


Souvent, le théâtre a vocation à nous emmener dans un univers lointain pour nous faire oublier le quotidien. Les deux auteurs de « Scènes ordinaires de nos vies débiles », David Friszman et Nicolas Maury ont fait un choix exactement inverse : nous emmener dans un univers quotidien pour le rendre lointain.

De prime abord, on pourrait donc croire que le spectacle risque de manquer de piment. Quoi de plus banal, en effet, que de voir des sketches, même écrits avec humour, sur l’achat d’une baguette de pain ou d’assister, façon inception, à une répétition de théâtre au milieu d’un spectacle de théâtre. Lire la suite

Discrète

2 Sep

Berlin Août 2016 (131) 

Discrète. C’était sans doute le mot que la plus grande partie de son entourage aurait employé si on leur avait demandé un seul mot pour la décrire. Elle-même aurait sans doute employé le même terme, bien que l’idée de réduire une personne à un seul mot, à commencer par elle-même, soit en totale contradiction avec son regard sur les gens, là aussi en commençant par elle-même. Elle était de ces personnes que l’on ne remarque jamais ou rarement, dès lors qu’elle n’était pas seule face à face avec son interlocuteur. Elle en était consciente et regrettait parfois ce sentiment de transparence mais la plupart du temps, elle ne s’en formalisait pas. Elle appréciait même le confort que lui procurait son caractère effacé, lui permettant d’écouter les conversations sans se sentir obligée d’y intervenir, et lui évitant du même coup les inimitiés que peuvent faire naître les positions très tranchées ou polémiques des personnes plus exubérantes.

Sa discrétion n’était pas pour autant synonyme d’une quelconque mièvrerie, d’une timidité maladive ou d’une absence d’opinion sur la politique, la météo, la protection des animaux et autres sujets qu’abordent traditionnellement les groupes de connaissance ou d’amis. Elle n’avait en effet aucune difficulté à s’exprimer lorsque, à de rares occasions, quelqu’un se tournait vers elle pour lui demander « et toi, t’en penses quoi ? ». Elle savait alors fournir une réponse concise sur un ton très calme, qui contentait l’assistance et lui permettait de retourner à l’indifférence relative dans laquelle le groupe la tenait jusqu’alors. Elle se plaisait alors à assimiler les propos des uns et des autres, à les malaxer intérieurement comme un gros bloc de pâte à modeler et à s’envoler dans ses pensées, imaginant ce qu’allait répondre untel ou unautretel présent ce jour-là ou une autre personne de sa connaissance, tout en continuant à suivre les conversations d’au moins une oreille, ne serait-ce que pour le cas où on lui demanderait effectivement son avis sur ce qui venait de se dire. Lire la suite

Liste des spectacles chroniqués

28 Août

Chers lecteurs, j’ai plusieurs fois tenté de mettre à jour le tableau de mes chroniques théâtrales mais faute de temps, cela devient vite complexe pour moi (d’autant que certains spectacles changent de salle plusieurs fois). Pour que tout le monde y gagne, je vous mets donc un tableau par ordre alphabétique de tous les spectacles chroniqués ici et la salle où ils étaient quand je les ai vus. Ce tableau est mis à jours tous les 2 mois environ en y ajoutant donc les lignes correspondantes. Lire la suite

Madame Diogène

26 Août

mmediogeneaffiche

En cette fin de mois, d’août les théâtres tournent encore hélas au ralenti, beaucoup ne rouvrant leurs portes que d’ici 15 jours – 3 semaines. La Manufacture des Abbesses a choisi de faire sa rentrée ce mercredi avec une pièce audacieuse, l’adaptation du roman « Madame Diogène » d’Aurélien Delsaux, mise en scène par l’auteur lui-même.

L’histoire n’a pas vraiment goût de sable chaud, puisque ce sont plutôt les déchets, la poussière et les cafards qui poussent chez Madame Diogène, prototype de la vieille femme marginale de certains faits divers, vivant recluse et entassant des choses inutiles et sales qui, selon ses propres mots, ont fini par constituer un vrai cafard-naüm, et naturellement à attirer l’attention des voisins sur elle, à cause des murs poreux et des vilaines petites bêtes qu’ils voient désormais grouiller chez eux. Lire la suite

Du droit à être victime

23 Août

Alsace et Nancy Août 2016 (895)

Cela fait quelque temps que j’ai pris un peu de distance dans ce blog avec les sujets très personnels. Parce que j’ai évolué, ma vie avec, parce que de plus en plus de lecteurs me connaissent « dans la vraie vie » (ou IRL, pour employer le terme 2.0 idoine), par manque de temps pour me poser et réfléchir avant d’écrire aussi (ce qui ne signifie pas pour autant que mes billets sont bâclés ou totalement dénués de la moindre prise de recul). Et en même temps, ce blog est aussi un espace que j’apprécie aussi parce que je m’y livre toujours d’une manière ou d’une autre, et que parfois, je m’y dévoile plus franchement et complètement (avec certes, toujours une réserve nécessaire à mon sentiment de libre expression).

Ce soir, j’ai envie de parler de ce sujet qui me tient à cœur, celui du « statut de victime ». Un thème qui est difficile à aborder sans paraître chercher la compassion, ou les larmes, ou passer pour quelqu’un qui se fait passer pour non responsable de ce qui lui arrive. Il se trouve que rien ou quasiment ne me fait davantage sortir de mes gonds que lorsqu’une personne tierce me reproche de me victimiser (je peux vous fournir au moins 10 témoignages de personnes tierces ayant subi ma rogne suite à l’emploi de ce terme). Je ne supporte pas ce jugement parce que j’ai pour principe absolu de toujours assumer ma part de responsabilité dans les évènements désagréables qui peuvent m’arriver, et même souvent au-delà. J’estime en effet que, sauf rares (mais hélas réelles) exceptions, la répartition de la culpabilité n’est jamais de l’ordre de 0 % versus 100 %. Lire la suite

Serval F

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

Alors voilà.

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots