Ah! vous dirais-je mamans

19 Oct

Après nous avoir vanté les mérites du grand âge dans le très original et tendre Enfin vieille, Laura Elko revient avec un nouveau spectacle sur un thème toujours à la fois grave et léger, qui concerne un âge un peu moins avancé de la vie, celui de la maternité. Munie d’une énorme et lourde valise, elle aborde avec profondeur et légèreté cette phase si particulière dans une vie du passage d’une forme d’insouciance à celle de la responsabilité de la vie d’un.e autre.

Lire la suite

Nos vies foutraques

25 Sep

A une période où les réseaux sociaux ne cessent de gagner en influence, il est de bon ton de mettre sa vie en scène, avec des photos sur Instagram de moments heureux parfaitement cadrés ou rognés pour ne pas laisser apparaître le petit détail du lieu de villégiature qui trahirait que le village de bord de mer choisi n’est pas à la hauteur des plus belles plages de Guadeloupe, ou des portraits pris du meilleur angle avec le filtre ou la retouche peau de pêche, des grandes leçons sur le rebond professionnel sur LinkedIn, des posts sur Facebook témoignant de nos magnifiques avancées sur tous les plans, et des tweets avec le juste dosage de causticité et d’optimisme, ou encore des montages sur tik tok, des essais de vidéo à la pointe de l’originalité sur Youtube, des stories sur snapchat, etc.

Toute cette mise en scène demande un peu voire énormément de temps selon le nombre de réseaux investis, des savoir-faire techniques également pour nombre de ces réseaux, du talent et de la créativité pour procéder à un habile « storytelling » de sa vie, et certainement d’autres prérequis ou compétences que j’oublie de lister ici. Nous sommes ainsi très nombreux à chercher à donner une bonne apparence de nous-mêmes, pour des raisons pouvant aller du besoin légitime de reconnaissance ou de « se vendre » lorsque nous utilisons les réseaux professionnels en quête d’un nouvel emploi ou de clients à de la pure valorisation narcissique. Comportements que nous adoptons naturellement aussi hors de la « toile », la volonté de paraître à son avantage n’ayant bien sûr pas attendu Marc Zuckerberg, Jack Dorsey ou Zhang Yiming pour se développer, en témoignent déjà les peintures et écrits hérités des siècles passés.

Lire la suite

Prendre le temps de l’admiration

18 Août

34851446330_9b3fcce92a_c

Dans cette période où tout va vite, où les fake news succèdent aux vraies mauvaises nouvelles, où les pandémies révèlent davantage le primat du chacun pour soi que la solidarité, où les polémiques s’enchaînent sur les réseaux sociaux, l’on pourrait penser que tant le présent que l’avenir se lisent en gris et noir, et que les couleurs y ont de moins en moins leur part.

Par chance, la richesse de la vie dépasse de loin cette face émergée de l’iceberg (même si ce dernier fond trop vite, autre drame de l’époque moderne). Et nous avons encore la capacité, toutes et tous autant que nous sommes, sans ignorer les faces sombres de notre monde et de nos existences, de prendre conscience de tout ce qu’il s’y produit de bon, de la savourer, de nous en réjouir et même de le faire savoir. Lire la suite

On est tous le vieux d’un autre

4 Août

on est tous le vieux d'un autre

 

En ces jours caniculaires à Paris, tout rafraîchissement du corps ou de l’esprit est le plus que bienvenu. Et cela tombe bien puisqu’Anne Cangelosi offre à tous ceux et celles revenus de vacances ou pas encore partis de combiner les deux en venant découvrir le troisième spectacle de son personnage de « Mémé » dans la petite salle très bien climatisée du Théâtre Le Bout. Et, cerise sur le gâteau, elle emmène tout son public en voyage, plus précisément en croisière en Egypte, sans équipage ni passagers contagieux, puisque les normes sanitaires sont scrupuleusement contrôlées et sagement suivies par des spectateurs respectueux les uns des autres.  Lire la suite

Lettre à la fraîcheur

31 Juil

31243133673_1530764a1b_c

 

Chère fraîcheur,

Je tenais à m’adresser à toi aujourd’hui, car tu es visiblement partie en vacances pour une destination très très lointaine, y compris de l’Arctique à laquelle tu sembles manquer plus encore qu’au reste du monde. Cela fait désormais des semaines que l’on ne t’a pas réellement vue réapparaître puisque tu sembles avoir décider de t’éloigner au moment même où la moitié de la population mondiale s’est vue confiner à cause de la maladie de l’année qui ne cesse de changer de nom mais hélas pas de niveau de dangerosité. Lire la suite

Gangrène, une histoire d’amour

17 Juil

Capture d’écran 2020-05-18 à 17.15.02. 

 

J’ai longuement hésité à écrire cet article sur le blog. Parce que même s’il est « éclectique », entre chroniques de spectacles, billets d’humeur, réflexions sur le monde professionnel, poèmes et mini-histoires, j’ai toujours souhaité éviter d’y parler de mes lectures. La peur de mettre le doigt dans un engrenage que je ne souhaite pas. A laquelle s’ajoute la difficulté à bien parler de ce que je ressens en tant que lectrice et l’envie plus globale de ne justement pas en parler. Lire la suite

Ultragirl contre Schopenhauer

17 Juil

ultragirl

 

L’année 2020 restera forcément unique dans l’histoire en général, et dans celle du spectacle vivant encore davantage. Ayant commencé très difficilement avec les grèves des transports qui ont freiné plus d’un spectateur, elle a subi un coup d’arrêt inédit avec l’épidémie de Covid, dont, rappelons-le, nous sommes encore loin d’être sortis. Avec les mesures de distanciation et l’annulation des festivals, l’on s’attendait à ne plus pouvoir retrouver le plaisir immense de voir des comédiens sur scène avant septembre. Et par bonheur, les « petites salles » peuvent désormais rouvrir. Tout en préservant la santé des spectateurs, ce qui me tient tout autant à cœur que la joie de retourner dans les salles, avec des sièges vides entre chaque groupe et l’obligation de porter le masque (que j’encourage tous les inconscients et relativistes à respecter). C’est ainsi que j’ai eu le bonheur d’assister cette semaine, dans le cadre d’un « mini » festival organisé par le Théâtre 14, à l’une des 3 représentations d’Ultragirl contre Schopenhauer. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots