La raclette

30 Sep

Affiche showcase complet

 

Ayant déjà eu l’occasion de rire sans modération de la folle inventivité de Leah Marciano et Thibaut Marchand devant Un macchabée dans la baignoire puis En apesanteur, c’est sans aucune hésitation que j’ai suivi l’adage selon lequel jamais deux sans trois pour assister à une représentation unique de la Raclette, leur dernière création, le lundi 23 septembre au Théâtre Edgar dans le quartier de Montparnasse. Et après avoir assisté à cette folle soirée, je souhaite à toute la joyeuse troupe de cette comédie à 1000 à l’heure de pouvoir la faire découvrir à un large public (quelques dates sont apparemment à venir, à suivre sur le lien en bas de l’article).

Après avoir accueilli très chaleureusement et sans rien perdre de sa concentration un public un peu impatient du fait d’un retard indépendant de sa volonté comme de celle des comédiens, la pétillante Floriane Chappe, alias Elisa, reçoit donc ses 3 amis de toujours ainsi qu’une amie comédienne pour une soirée raclette.

 La Raclette 06_compressée

Le premier à passer le pas de la porte est David (Arnaud Laurent), dont l’on a pu vite découvrir qu’il était apparemment devenu un peu plus qu’un ami, mais dans la clandestinité la plus absolue au sein de la bande. L’arrivée de Jonathan (Thibaut Marchand) plus tôt que prévu coupe court à des retrouvailles enflammées, sans éteindre bien au contraire la flamme de ce dernier pour Elisa, qu’il compte lui avouer ce soir-même (son inclination de longue date n’ayant toutefois pas échappé à Elisa). Tiffany, alias Tiff (Victoire Charval), vegan féministe et pro-palestinienne, ne tarde pas à les rejoindre, et à se découvrir beaucoup de points de divergence avec David, ce qui fera monter la mayonnaise en un temps bien plus court que la cuisson des patates, en attendant Pierre qui doit les rejoindre.

Vous l’aurez compris, entre les amants souhaitant se cacher, l’ami d’enfance souhaitant avouer son amour, l’amie grande gueule et le caractère bien trempé de leur hôtesse, les coups de gueule et les quiproquos vont s’enchaîner sans aucun temps mort, pour le plus grand bonheur des spectateurs. Durant 1h15, l’on navigue ainsi de surprise en fou rire et réciproquement, avec des moments d’interactivité inattendus et bien trouvés. Et l’on ressort repus de bonne humeur comme l’aurait été notre estomac après une véritable raclette.

Plus d’infos :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :